Le projet

Cette action soutenue par la Mission Interdisciplinarite du CNRS (Pépinière de site CNRSPSL) engage une réflexion interdisciplinaire impliquant les sciences de la Nature (biologie, chimie, physique,…), les sciences humaines (anthropologie, épistémologie, philosophie, sociologie,…) et les technologies (robotique,…) afin d’interroger la frontière et les définitions du vivant et du non-vivant.

La Mission pour l’interdisciplinarité du CNRS a décidé d’initier un projet de Pépinière Interdisciplinaire sur le site PSL, dont un des axes est intitulé « Domestication et fabrication du vivant ». Cet axe est dirigé par Ludovic Jullien, chimiste de l’unité Processus d’Activation Sélectif par Transfert d’Energie Uni-électronique ou Radiatif (PASTEUR, UMR 8640, CNRS / Université Pierre et Marie Curie / ENS Paris).

Au sein de cette configuration, le Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS, UMR 7130, CNRS / EHESS / Collège de France) s’est en particulier vu confier la tâche d’élaborer un programme scientifique susceptible de mobiliser des chercheurs (sociologues, anthropologues, philosophes, historiens des sciences, juristes) relevant des différents domaines des SHS.

Pour une durée de trois ans (2014-2016), les objectifs sont de :

  • Soutenir le développement d’une plate-forme dont le projet est d’étudier, dans une perspective pluridisciplinaire, les types de pouvoirs que les humains exercent sur les processus vitaux – sans se limiter à l’étude de la biologie de synthèse ;
  • En lien avec le fonctionnement de la plate-forme, interroger les définitions du vivant et du non-vivant et leur frontière dans une perspective interdisciplinaire nouvelle impliquant la chimie, la biologie, la microfluidique et la modélisation, ainsi que l’épistémologie, l’anthropologie, la robotique….

Quatre volets d’action sont impliqués :

  1. Pratiques de domestication/fabrication du vivant.

À partir de recherches empiriques (ethnographiques, historiques, scientifiques) l’objectif est de réfléchir, dans une perspective anthropologique et épistémologique, aux différentes possibilités explorées et exploitées par l’humanité dans les pratiques de domestication /fabrication du vivant ;

  1. Normes, droit et régulations encadrant la fabrication/domestication du vivant.

Dans une perspective comparatiste, on s’interroge sur la façon dont les humains évaluent les actions qu’ils exercent sur les processus vitaux et leurs effets en fonction de normes (esthétiques, éthiques, techniques et juridiques) ;

  1. Exploration des procédures d’objectivation et de figuration du vivant.

Il s’agit de réfléchir au rôle joué par les médiations employées pour objectiver les processus vitaux (image, graphe, diagramme, enregistrement, etc.) afin de mieux connaître les actions que les humains exercent sur eux, éventuellement pour les faire évoluer ;

  1. Expérimentation autour de la participation du public.

L’objectif est ici d’expérimenter pour définir les dispositifs susceptibles de favoriser la transmission des savoirs scientifiques et un dialogue éclairé avec la société civile.

Actions portant sur les pratiques de domestication/fabrication du vivant

2014

  • Colloque international « Medicine and environment. What interdisciplinary collaborations for synthetic biology? ». Organisé par Morgan Meyer (Agro ParisTech) et Ludovic Jullien (ENS, UPMC) en partenariat avec Agro-Paris Tech. Ce colloque a cherché à étudier, à partir d’études de cas, comment les innovations dans le domaine de la biologie de synthèse impliquaient une recomposition des pratiques institutionnelles autour de nouvelles formes d’interdisciplinarité.
    [Programme du colloque]
  • Journées d’étude « Modélisation, construction et imitation des processus vitaux. Approche interdisciplinaire du biomimétisme ». Organisé par Anne Dalsuet, Bérengère Hurand & Perig Pitrou en partenariat avec le Collège de France et la fondation Fyssen, elles proposaient à des chercheurs provenant d’horizons divers (histoire, anthropologie, chimie, biologie, etc.) de s’interroger sur les diverses manières d’envisager l’imitation de la nature et l’objectivation des processus vitaux qui s’y rencontrent.
    [Programme du colloque]
  • Séminaire « Anthropologie de la vie et des représentations du vivant ». Organisé par le Laboratoire d’anthropologie sociale et intégré au programme d’enseignement de l’EHESS, il a visé à réfléchir plus spécifiquement à l’interface entre le social et le biologique, en mobilisant les méthodes et les ressources de l’ethnologie.
    [Programme du séminaire]

2015

  • Colloque « Why living matter is worth its conceptual and synthetic challenge? ». Les 10 et 11 décembre 2015 à l’ENS (Paris). Organisé par André Estevez-Torres (CNRS et Université Pierre et Marie Curie, Paris), François Guyot (Museum National d’Histoire Naturelle et Université Pierre et Marie Curie, Paris), Ludovic Jullien (Université Pierre et Marie Curie et École Normale Supérieure, Paris) et Raphaël Plasson (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse et INRA, Avignon). Ce colloque se proposait de croiser les regards de différentes communautés (chimie prébiotique, chimie des systèmes, systèmes dynamiques, …) afin de cerner les enjeux contemporains associés à la transition monde inerte-monde vivant.
    [Programme du colloque]
  • Colloque « Living Circuits: Contemporary Cybernetic Performativity in the Life Science ». Le 12 mai 2015 à l’Institut des Systèmes Complexes (Paris). Organisé par Thierry Bardini (Université de Montréal) et David Chavalarias (CAMS, CNRS/EHESS). L’objectif était de réfléchir à la manière dont les modèles cybernétiques peuvent aider à modéliser les processus vitaux et les phénomènes d’auto-organisation.
    [Programme du colloque]
  • Conférence « Light on Life», le 12 juin 2015 au Laboratoire Chimie Physique Matière et Rayonnement (Paris). Organisé par Ludovic Jullien (Université Pierre et Marie Curie et École Normale Supérieure, Paris). Des historiens des sciences et des scientifiques ont cherché à déterminer quels sont les métaphores et les modèles les plus pertinents pour penser la dimension systémique des processus vitaux.
    [Programme du colloque]
  • Séminaire « Anthropologie de la vie et des représentations du vivant ». Organisé par le Laboratoire d’anthropologie sociale et intégré au programme d’enseignement de l’EHESS, il a visé à réfléchir plus spécifiquement à l’interface entre le social et le biologique, en mobilisant les méthodes et les ressources de l’ethnologie.
    [Programme du séminaire]
  • Workshop « Domestication de la vie ». Le 24 mars 2015 au Collège de France, Paris. Avec les présentations de Stefan Helmreich (MIT), Heither Paxson (MIT) et Elizabeth R. Johnson (U. of Exeter). Rencontre organisée avec des anthropologues anglo-saxons pour discuter diverses modalités de conceptualiser la domestication du vivant : biomimétisme (Johnson), « Ecology of production » (Paxson), « biofeedback » (Helmreich).
    [Programme du workshop]
  • Séminaire « Les contours du vivants : l’animal », EHESS. Organisé par Pierre-Olivier Dittmar, il a visé à s’interroger sur la manière dont l’Occident médiéval a élaboré la catégorie d’animalité et a développé une pensée du vivant, en particulier dans la figuration.
    [Programme du séminaire]

Actions portant sur les normes, droit et régulations encadrant la fabrication/domestication du vivant

2014

  • L’Atelier thématique « Life under influence. Artificial life, social robotics & synthetic biology: a cultural approach » et le débat « La vie partagée hommes/machines » organisés à l’initiative de l’UMI JFLI à Tokyo visaient à s’interroger sur le statut des robots et des machines à l’intérieur des sociétés humaines contemporaines.
  • Colloque international « Transferts de matières, transplantation et fabrication du vivant ». Organisé par Ludovic Jullien (Université Pierre et Marie Curie et École Normale Supérieure, Paris), Marie Le Clainche-Piel (EHESS), Perig Pitrou (CNRS) et Catherine Rémy (CNRS). Portant sur le thème des greffes, ce colloque a fourni l’occasion de réfléchir aux conséquences socio-économiques, juridiques et éthiques liées aux différentes modalités d’introduction d’éléments exogènes (d’origine biologique ou artificiels) dans les organismes vivants.
    [Programme du colloque]

2015

  • Séminaire « Post-humain, post-animal, post-machine » à l’ENS. À partir de la présentation des travaux d’étudiants et de chercheurs invités, ce séminaire visait à réfléchir à l’imbrication entre les processus techniques et les processus vitaux et aux diverses formes d’hybridation que permettent les nouvelles technologies.
    [Programme du colloque]
  • Workshop « Cosmo-bio-politiques amérindiennes : approches ethnographiques et comparatives ». Le 9 juin 2015 au Collège de France, Paris. Organisé par Perig Pitrou (CNRS/Laboratoire d’anthropologie sociale) et Renato Sztutman (Université Fédérale de São Paulo). Des ethnologues, spécialistes des sociétés amazoniennes et mésoaméricaines, ont réfléchi à l’articulation entre des formes d’organisations politico-sociales et les conceptions de la vie qui prévalent dans les sociétés amérindiennes.
    [Programme du workshop]
  • Conférence « Life and the Limits of the Human par Veena Das» (Johns Hopkins University). Le 4 juin 2015 au Collège de France, Paris. Discussion animée par Sandra Laugier (Université Paris I Panthéon Sorbonne), Anne Lovell (INSERM – CERMES3), et Perig Pitrou (CNRS/LAS). Conférence explorant les usages de la notion de « Forme de vie » (Wittgenstein) en anthropologie.
    [Programme de la conférence]
  • Atelier « Symptoms of Being Alive and Shared Life», Université de Tokyo, le 16 mars 2015. Organisé par Dominique Lestel (ENS) et Shigeru Watanabe (Keio University). Des chercheurs français et japonais se sont réunis pour explorer les modalités de la coexistence des humains avec les diverses sortes d’êtres, en particulier des artefacts, avec lesquels ils entretiennent des relations sociales.
    [Programme de l’atelier]

Actions portant sur l’exploration des procédures d’objectivation et de figuration du vivant

2014

  • Colloque international « Des êtres vivants et des artefacts ». Organisé par Perig Pitrou (LAS-CNRS), Ludovic Coupaye (University College London, Material, Visual and Digital Culture) et Laura Rival (University of Oxford, School of Anthropology and Museum Ethnography) en partenariat avec le musée du quai Branly, la Fondation Fyssen et la Ville de Paris, il a réuni des anthropologues, mais aussi des bioartistes, des primatologues, des philosophes pour étudier dans un cadre comparatiste les diverses modalités de l’imbrication entre des processus vitaux et des processus techniques.
    [Actes du colloque]
  • Cycle de conférences « Fabriquer le vivant ? ». Des historiens des sciences de renommée internationale sont venus présenter les évolutions historiques dans la manière de représenter l’action des humains sur le vivant.
    [Programme du cycle]

2015

  • Colloque « Domestication/Fabrication du vivant et science-fiction ». Les 16 et 17 avril 2015 au Cube (Issy-les-Moulineaux). Organisé par Sylvie Allouche (Laboratoire de Biologie Générale, EPHE/Université Catholique de Lyon, Université de Lyon), Perig Pitrou (Laboratoire d’Anthropologie Sociale, CNRS) et Carine Le Malet (Le Cube). Des écrivains de science-fiction et des spécialistes de ce domaine ont cherché à explorer la manière dont la littérature et le cinéma peuvent imaginer des formes de vie autres que celles existant actuellement sur terre.
    [Programme du colloque]
  • Colloque « Mondes miniatures et régénération de la vie. Variations d’échelle dans les Andes et en Mésoamérique ». Le vendredi 4 septembre 2015 au musée du quai Branly (Paris). Organisé par Olivia Angé (Wageningen University), Andrew Hamilton (Princeton University), Perig Pitrou (CNRS – LAS) et le département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly. Des anthropologues et des archéologues américanistes ont examiné la modélisation des processus vitaux par les peuples amérindiens à l’aide d’artefacts miniaturisés.
    [Programme du colloque]
  • Série d’entretiens vidéo de scientifiques réalisés par Mathias Girel. Une première série d’entretiens s’est déroulée fin 2015 avec pour but de montrer la diversité des conceptions du vivant qui existent dans la communauté scientifique.
    [Lien vers les entretiens]

Actions portant sur les Expérimentations autour de la participation du public

2014

  • Cycle de films-débat « Mondes virtuels et hybridation. Le cinéma aux frontières de la vie ». À partir d’une sélection de sept films, des chercheurs, en SHS et en sciences de la nature, sont venus animer des discussions avec le public afin de réfléchir aux manières de représenter les divers pouvoirs des humains sur le vivant.
    [Programme du cycle]
  • Atelier « Que peut faire la do-it-yourself biology ? ». En partenariat avec la Paillasse, et ouvert au public, il a réuni à la fois des chercheurs mobilisés dans le projet mais aussi des associations susceptibles de rendre compte des pratiques citoyennes de la biologie (« biologie de garage », « Do it yourself»).
    [Programme de l’atelier]

2015

  • Cycle de films-débats sur les thèmes des « Formes de vie au cinéma », élaboré avec Jean-Marc Zékri (Reflet Médicis). Du 3 novembre au 15 décembre, au cinéma La Filmothèque du Quartier Latin, Paris. À partir d’une sélection de sept films, des chercheurs, en SHS et en sciences de la nature, sont venus animer des discussions avec le public afin de réfléchir aux manières de représenter la multiplicité des formes de vie, végétales et animales, avec lesquelles les humains co-existent.
    [Programme du cycle]
  • Conférence-débat, le 29 juin 2015 à la Paillasse. Présentations de Rebecca Wilbanks (Stanford University) et Morgan Meyer (Agro ParisTech). Discussion animée par Noémie Merleau-Ponty (EHESS-LAIOS). Regards croisés sur les expériences dans le domaine de la Do-it-yourself biology, en Europe et dans la baie de San Francisco.
    [Programme]

Responsables : Ludovic Jullien, Perig Pitrou

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 31 autres abonnés