MONDES MINIATURES ET RÉGÉNERATION DE LA VIE – Variations d’échelle dans les Andes et en Mésoamérique & L’OR DES INCAS – La métallurgie dans les Andes (15e et 16e siècles) – Vendredi 04/09 et samedi 05/09 2015, Musée du Quai Branly

COLLOQUE INTERNATIONAL

Mondes miniatures et régénération de la vie

Variations d’échelle dans les Andes et en Mésoamérique

&

L’Or des Incas

La métallurgie dans les Andes (15e et 16e siècles)

Vendredi 04/09 et samedi 05/09 2015

Musée du quai Branly, Salle de cinéma

Entrée libre dans la limite des places disponibles

A l’occasion de l’exposition L’INCA ET LE CONQUISTADOR, présentée jusqu’au 20/09/15, le musée du quai Branly organise 2 journées d’étude. La première, MONDES MINIATURES ET RÉGÉNERATION DE LA VIE, permet aux chercheurs internationaux réunis pour l’occasion d’explorer l’impact de la réduction d’échelle sur l’efficacité rituelle des objets à partir de données provenant des Andes et de Mésoamérique. Les présentations articulent les connaissances archéologiques et anthropologiques pour réfléchir, dans une perspective interdisciplinaire, aux conceptions de la vie et du vivant chez les peuples amérindiens. La seconde journée dédiée à L’OR DES INCAS a pour objectif d’avancer dans la connaissance de la production orfèvre andine pendant la période de l’Empire inca (1450-1532 ap. J.-C.), en partant d’un corpus de pièces contextualisées provenant de l’ensemble du territoire du Tahuantinsuyo inca et conservées dans diverses collections.

PROGRAMME

MONDES MINIATURES ET RÉGÉNERATION DE LA VIE.

Variations d’échelle dans les Andes et en Mésoamérique

Vendredi 4 septembre 2015

09h30 Introduction par Olivia Angé, Wageningen University, Andrew Hamilton, Princeton University et Perig Pitrou, CNRS-LAS, Paris

09h45 Miniaturisation ou fractale? Une question de référent, par Danièle Dehouve, CNRS, LESC, Paris

10h30 Quand des cailloux font mouvoir des montagnes : deuxième partie, par Catherine J. Allen, George Washington University

11h15 Pause

11h45 Co-activité et processus vitaux en Mésoamérique et dans les Andes, par Perig Pitrou, CNRS-LAS, Paris

12h15 Capter la force et la chance. Miniaturisation rituelle et régénération de la vie dans les Andes argentines, par Olivia Angé, Wageningen University

12h45 Tombe ou autel? Offrandes, portabilité rituelle et processus de croissance dans les cimetières urbains de Colombie, par Anne-Marie Losonczy, EPHE, Paris

13h15 Pause

14h30 Jeux de ficelles et rukitas : miniatures du paysage dans le territoire des Mapuche (Argentine), par Ana Guevara, LAS-EHESS, Paris

15h00 Miniatures et «scenarios» rituels à l’échelle réduite à Teotihuacan, par Paola Gomez, Université Paris 1, CNRS-UMR 8096, Paris

15h30 Conopa? Ambiguité dans l’identification des objets rituels inca et des débuts de la colonisation dans les Andes, par Bill Sillar, Institute of Archaeology, University College London

16h00 Pause

16h30 L’animisme et l’agentivité des objets : vers une contextualisation emic des artefacts miniatures dans les Andes préhispaniques, par Peter Eeckhout, Université Libre de Bruxelles et Jane Feltham, chercheuse indépendante

17h00 À la recherche d’une logique des échelles dans les offrandes funéraires inca, par Andrew Hamilton, Princeton University

17h30 Débat de clôture animé par Marie-Charlotte Arnauld, CNRS-UMR 8096, Paris

Ce colloque est organisé par Olivia Angé (Wageningen University), Andrew Hamilton (Princeton University), Perig Pitrou (CNRS – LAS) et le département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly, avec le soutien de la Pépinière Interdisciplinaire CNRS-PSL « Domestication et fabrication du vivant ».

PROGRAMME

L’OR DES INCAS.

La métallurgie dans les Andes (15e et 16e siècles)

Samedi 5 septembre 2015

10h00 Introduction par Maria Filomena Guerra, CNRS-UMR8096 et Paz Núñez-Regueiro, musée du quai Branly, Paris

10h15 Mines de l’Inca dans le Collasuyo : sacralité du minerai et conquête de l’espace sacré, par Thérèse Bouysse-Cassagne, Institut des Hautes Etudes d’Amérique Latine, Paris

10h45 La métallurgie inca : étude à partir de la collection du Museo de América, Madrid, par Salvador Rovira, Museo Arqueológico Nacional, Madrid

11h15 Pause

11h45 Les orfèvres du Tahuantinsuyo : réflexions sur les productions incas, chimús et de la côte centrale du Pérou, par Paloma Carcedo de Mufarach, Universidad de Lima & Biblioteca Nacional del Perú, Lima

12h15 Les offrandes incas du lac Titicaca trouvées en contexte subaquatique : prestation rituelle et perception de l’espace sacré, par Christophe Delaere, Université Libre de Bruxelles

12h45 La conquête du Tahuantinsuyo et ses suites : permanences et innovations dans le travail du métal pendant la période dite “de transition” (16e siècle), par Luisa Vetter Parodi, Pontificia Universidad Católica del Perú & Biblioteca Nacional del Perú, Lima

13h15 Pause

14h30 L’offrande de Paucartambo du Museo Inka de Cuzco, par Julio Cesar Sierra Palomino, Ministerio de Cultura, Cuzco

15h00 Les figurines miniatures de la période inca : variations typologiques et chronologiques dans les collections du musée du quai Branly, par Paz Núñez-Regueiro, musée du quai Branly, Paris

15h30 Pause

16h00 L’épis de maïs en argent de l’Ethnologisches Museum, Staatliche Museen zu Berlín, par Manuela Fischer, Ethnologisches Museum, Staatliche Museen zu Berlin

16h30 : Les figurines incas en métaux précieux : une approche physico-chimique aux collections des musées de Lima, par Maria Filomena Guerra, CNRS-UMR8096, Paris

17h00 Débat de clôture

Ce colloque est organisé par Maria Filomena Guerra (UMR8096-CNRS, Paris), Paz Núñez-Regueiro (musée du quai Branly), en collaboration avec l’Institut Français d’Etudes Andines (Lima) sous  la coordination et avec le soutien du département de la recherche et de l’enseignement et de la direction du Patrimoine et Collections du musée du quai Branly.

L’INCA ET LE CONQUISTADOR

Jusqu’au 20/09/15

Mezzanine Ouest

Commissaire : Paz Núñez-Regueiro, responsable de collections Amériques au musée du quai Branly

L’INCA ET LE CONQUISTADOR met en scène la conquête du Pérou à travers l’épopée de ses deux principaux protagonistes, le souverain inca Atahualpa et le conquistador Francisco Pizarro. La rencontre de ces deux personnalités illustre la confrontation de deux mondes radicalement différents qui allaient vivre, en s’affrontant, une profonde révolution politique, économique, culturelle et religieuse.

Leur rencontre et leur conflit marqua le destin du plus grand empire jamais connu dans les Amériques, le Tahuantinsuyo inca (v. 1450-1532), et celui de l’empire espagnol, alors en pleine expansion sous le règne de Charles Quint.

Des années 1520 jusqu’à l’assassinat de Pizarro par les siens en 1541, l’exposition retrace les moments clés de l’histoire du continent sud-américain.

Elle s’articule autour des récits espagnols et andins de la conquête, qui diffèrent les uns des autres selon la vision qu’ils ont des mêmes événements. Faisant dialoguer objets incas et hispaniques, d’une grande rareté et d’une variété formelle, l’exposition revient sur les épisodes de cette conquête et met l’accent sur la rencontre avec l’Autre.

LA RECHERCHE ET L’ENSEIGNEMENT AU MUSÉE DU QUAI BRANLY

Depuis sa création, le musée du quai Branly est engagé dans la recherche de pointe et dans sa diffusion, dans les domaines de l’histoire et de l’anthropologie des arts. La recherche et l’enseignement supérieur sont intégrés à la vie de l’institution dans le cadre d’une politique novatrice tant par ses visées scientifiques que par ses modalités d’organisation.

Le domaine de réflexion : au-delà des collections

La recherche et l’enseignement ne se limitent pas aux seules collections du musée et sont ouvertes sur les domaines des arts occidentaux et extra-occidentaux, des patrimoines matériels et immatériels, des institutions muséales et de leurs collections, de la technologie et culture matérielle. Les disciplines concernées sont l’anthropologie, l’histoire de l’art, l’histoire, l’archéologie, l’ethnomusicologie, les arts du spectacle et la sociologie.

L’organisation de la recherche en réseau

Pour atteindre les objectifs qu’il s’est fixés et pour mettre en œuvre sa politique scientifique, le département de la Recherche et de l’Enseignement a souhaité créer des dispositifs de recherche innovants : un système plus ouvert et flexible centré sur l’accueil, pour des chercheurs et des périodes limitées, de projets individuels ou collectifs, et sur la participation des conservateurs à des programmes de recherche nationaux ou internationaux.

Cette organisation repose sur le département de la Recherche et de l’Enseignement qui coordonne les ressources d’accueil et de financement pour les projets de recherche ; les manifestations scientifiques auxquelles participent chercheurs invités, enseignants et experts du musée ; les activités des sociétés savantes hébergées au musée ainsi que la participation aux Labex, structures de recherche destinées à favoriser les rencontres entre différentes institutions académiques et culturelles, ainsi que les projets interdisciplinaires.

Le musée du quai Branly est actuellement partenaire de 3 LABEX : le Labex « Création, arts, patrimoine » (CAP) qui regroupe 24 équipes ou centres de recherche affiliés ; le Labex « Patrimoines matériels : savoirs, conservation, transmission » et le Labex « Les passés dans le présent ».

L’aide directe à la recherche : bourses et prix de thèse

Pour aider des doctorants et de jeunes docteurs à mener à bien des projets innovants, le musée attribue chaque année huit bourses (trois doctorales, cinq post doctorales). L’attribution s’effectue à l’issue d’un appel d’offre international qui génère plus de 1000 candidatures par an, sur des thèmes ayant trait à l’histoire de l’art, à la sociologie, l’archéologie, l’anthropologie.

Les boursiers, sélectionnés par un comité d’évaluation scientifique pour la pertinence du thème de recherche, bénéficient d’un poste de travail au sein du musée dont ils font partie pendant une année, avec la possibilité de travailler avec les conservateurs, d’intervenir auprès du public dans le cadre du salon de lecture Jacques Kerchache.

Depuis 2007, 2 prix de thèse de doctorat, d’un montant de 8 000 euros, couronnent un travail réalisé dans une université européenne (en français ou en anglais) et aide à la publication de l’ouvrage.

La place de l’enseignement

Le musée du quai Branly, en partenariat avec 9 établissements d’enseignement supérieur, a créé en son sein une vie de campus. Il accueille dans trois salles de cours, des enseignements en lien avec ses collections ou correspondant aux thèmes scientifiques définis par le département de la recherche et de l’enseignement. Cette vie de campus, rassemble chaque année près de 1250 étudiants et 42 enseignements distincts.

INFORMATIONS PRATIQUES : www.quaibranly.fr

Colloque gratuit en langues anglaise et espagnole (sans traduction)

Accès libre et gratuit dans la limite des places disponibles

Contact musée du quai Branly :

Anna Gianotti Laban

Responsable de la coordination des manifestations scientifiques

musée du quai Branly

01 56 61 70 24

anna.laban@quaibranly.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s