Archives pour la catégorie Evènements

COLLOQUE INTERNATIONAL « LA VIE À L’OEUVRE – NOUVELLES ÉCOLOGIES, BIOART, BIODESIGN » – 16 & 17 OCTOBRE, MUSÉE DE LA CHASSE ET DE LA NATURE

Colloque international

La vie à l’œuvre
Nouvelles Écologies, bioart, biodesign

Organisé par Perig Pitrou, CNRS, Labex TransferS

16 & 17 Octobre 2017
Auditorium du musée de la Chasse et de la Nature
62, rue des Archives – 75003 Paris

Accès libre dans la limite des places disponibles
Réservation recommandée : reservation@chassenature.org / 01 53 01 92 40

Télécharger le programme en format .pdf

Ce colloque réunit des artistes, designers, architectes et chercheurs qui développent une réflexion sur les manières d’intégrer le vivant dans des projets en art, en design et en architecture. En exposant des êtres vivants ou des processus vitaux, ou en instaurant des collaborations avec eux, ces explorations qui mettent « la vie à l’œuvre » contribuent à faire émerger de nouvelles écologies. Ces projets ont en commun de redéfinir la notion de nature, en invitant à repenser les modalités des interventions des humains au sein de leurs environnements. Ce n’est alors pas simplement la création de formes vivantes inédites qui est intéressante mais l’étude des systèmes de relations qui se tissent autour de ces êtres. Un des enjeux de cette réflexion collective sur l’instauration de nouvelles écologies est de repenser l’articulation entre nature et technique. Les pratiques en art, design ou architecture conduisent en effet à explorer l’imbrication entre processus vitaux et processus techniques et à s’interroger sur les diverses manières qu’ont les humains de vivre avec la nature tout en la transformant.

 Comité scientifique

Claude d’Anthenaise, Musée de la Chasse et de la Nature
Ludovic Jullien, Centre National de la Recherche Scientifique – École Normale Supérieure – Université Pierre et Marie Curie
Anne de Malleray, Fondation François Sommer – Revue Billebaude
Perig Pitrou, Centre National de la Recherche Scientifique
Antoine Triller, Institut de Biologie de l’École Normale Supérieure

Renseignements projet « La vie à l’œuvre » : viao@univ-psl.fr

Sites : http://www.transfers.ens.fr/la-vie-a-l-oeuvreexplorer-les-potentialites-du-bioart-et-du-biodesign
http://www.chassenature.org/la-vie-a-loeuvre

Publicités

WORKSHOP PSL – EXPLORATIONS INTERDISCIPLINAIRES AUTOUR DU VIVANT – SCIENCES & ARTS À PSL – 21 JUIN 2017

Paris Sciences et Lettres
labex TransferS
Projet « La vie à l’œuvre »

Workshop
Explorations interdisciplinaires autour du vivant
Sciences & Arts à PSL

Organisé par
Lia Giraud (SACRe – PSL/EnsadLab)
Dominique Peysson (EnsadLab)
Valérie Pihet (PSL – Recherche/SACRe)
Perig Pitrou (CNRS – Laboratoire d’anthropologie sociale)

21 juin 2017 de 9h à 20h
Amphithéâtre Langevin
Espace des Sciences Pierre-Gilles de Gennes
Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielles
10 rue Vauquelin, Paris 5e

Entrée libre dans la limite des places disponibles
Inscription obligatoire avant le 16 juin : https://goo.gl/forms/zyJ1iYUiu75jjck53

Télécharger le programme en format .pdf

Dans le cadre du projet « La vie à l’œuvre » soutenu par l’université Paris Sciences et Lettres (Appel « Aux Frontières des Labex »), ce workshop vise à faire un état des lieux des actions menées au sein du périmètre PSL, au croisement des sciences et des arts, en relation avec le vivant. L’objectif est de mieux comprendre les pratiques interdisciplinaires dans lesquelles s’engagent des artistes, des designers et des chercheurs – en sciences sociales comme en sciences de la nature. Tout en réfléchissant aux éclairages que ces projets apportent sur ce qu’est la vie et sur la transition non-vivant/vivant, on s’attachera à préciser les contextes institutionnels au sein desquels émergent ces expérimentations qui explorent les manières de mettre la « vie à l’œuvre », c’est-à-dire de créer des œuvres avec le vivant tout autant qu’à faire travailler des êtres vivants ou des processus vitaux. Cela invite tout d’abord à s’interroger sur les potentiels des projets en recherche-création, y compris dans leur dimension critique, à élargir le champ des problématiques traitées par la science et à contribuer à l’élaboration de nouveaux objets et de nouvelles méthodologies. Plus largement, un des enjeux est d’évaluer les potentiels – en termes de créativité, d’innovation, d’emploi et de formation – de ces collaborations.

Ce workshop privilégiera des présentations courtes afin de favoriser les discussions et le partage de connaissances. Des moments de synthèse viseront à établir un premier bilan des actions menées et à esquisser des perspectives pour l’avenir.

Pour tout renseignement s’adresser à Viao@univ-psl.fr.

APPEL À COMMUNICATION : COLLOQUE « LA VIE À L’OEUVRE. NOUVELLES ECOLOGIES, BIOART, BIODESIGN » – 16 & 17 OCTOBRE 2017 AU MUSÉE DE LA CHASSE ET DE LA NATURE

Paris Sciences et Lettres
Labex TransferS

Musée de la Chasse et de la Nature
62, rue des Archives, Paris 3e

Colloque international
La vie à l’œuvre
Nouvelles écologies, bioart, biodesign

Organisé par
Perig Pitrou

16 & 17 Octobre 2017

Comité scientifique
Claude d’Anthenaise (Musée de la Chasse et de la Nature)
Anne de Malleray (Fondation François Sommer – Revue Billebaude)
Ludovic Jullien (CNRS-ENS-UPMC PASTEUR)
Perig Pitrou (CNRS – Laboratoire d’anthropologie sociale)
Antoine Triller (Institut de Biologie de l’École Normale Supérieure)

Appel à communication

Télécharger l’appel à communication en .pdf

Télécharger l’appel à communication en anglais en .pdf

Dans le cadre du colloque international organisé par le Musée de la Chasse et de la Nature et Paris Sciences et Lettres (Labex TransferS), cet appel à communication s’adresse à des artistes, des designers, des architectes et des chercheurs – en sciences humaines ou en sciences de la nature – qui développent une réflexion sur les manières d’intégrer le vivant dans des projets en art, en design et en architecture. En exposant des êtres vivants ou des processus vitaux, ou en instaurant des collaborations avec eux, ces explorations qui mettent « la vie à l’œuvre » contribuent à faire émerger de nouvelles écologies, de manière effective ou spéculative, comme dans le speculative design et le critical design. Qu’ils inscrivent ou non leur démarche dans les domaines du bioart et du biodesign – catégories dont les contours sont d’ailleurs loin d’être clairement définis –, ces projets ont donc en commun de redéfinir la notion de nature, en invitant à repenser les modalités des interventions des humains au sein de leurs environnements. L’enjeu n’est alors pas simplement de s’intéresser à la création de formes vivantes inédites (hybrides, semi-vivants, etc.), mais d’étudier les nouveaux systèmes de relations qui se tissent autour de ces êtres. Pour explorer ces dynamiques relationnelles et montrer la capacité de ces expérimentations à inventer de nouvelles écologies, on propose de se pencher sur trois types de phénomènes.

1) Nouvelles interactions entre les êtres vivants

C’est tout d’abord la diversité des interactions entre les êtres vivants (échange, symbiose, commensalisme, prédation, etc.) et des modalités de communication inter-espèces qui gagne à être traitée à partir de plusieurs échelles – depuis le microbiome jusqu’à l’environnement planétaire. En même temps que la possibilité de faire apparaître des formes vivantes (Life Forms) au sein des environnements, il convient d’examiner la capacité des créateurs à imaginer des nouvelles formes de vie (Forms of Life).

2) Processus vitaux et transformations

Les interactions que les êtres vivants établissent avec d’autres êtres vivants, et plus largement avec leur environnement, invitent ensuite à se pencher sur les continuelles transformations à l’œuvre dans les organismes et sur les multiples connexions qui s’établissent entre eux. Par le biais des processus métaboliques, les organismes sont en effet reliés les uns aux autres, par exemple à travers la production d’oxygène (par les plantes ou les cyanobactéries) ou par leur insertion dans des chaînes trophiques. Les projets mettant en scène ce genre de processus – souvent en les insérant dans des processus techniques – offrent une voie d’accès privilégiée pour mettre en relief la dimension dynamique et cyclique des systèmes vivants.

3) L’évolution des systèmes vivants

Envisagée à une échelle temporelle encore plus large, la vie se manifeste dans des processus évolutifs qui modifient, au fil des générations, les espèces et leurs relations à l’environnement. Depuis les pratiques anciennes de l’élevage sélectif des végétaux ou des animaux, jusqu’aux méthodes contemporaines du génie génétique et de la biologie moléculaire, les humains se sont ingéniés à développer des techniques pour agir sur ces phénomènes naturels. Souvent guidées par des préoccupations pratiques – écologiques autant qu’économiques – ces interventions obéissent aussi parfois à des motifs esthétiques. La diversité des intentions qui orientent le travail des créateurs permet ainsi d’enrichir notre capacité à penser dans toute sa complexité l’évolution dirigée et ses éventuels potentiels.

Un des enjeux d’une réflexion collective sur l’instauration de nouveaux systèmes écologiques est de repenser l’articulation entre nature et technique. Plutôt que de les opposer, les pratiques en art, design ou architecture conduisent à explorer l’imbrication entre processus vitaux et processus techniques et à s’interroger sur les diverses manières qu’ont les humains de vivre avec la nature tout en la transformant.

Les propositions de communication et les demandes d’information doivent être adressées à Viao@univ-psl.fr avant le 15 juin 2017.

Calendrier
15 juin 2017 : remise des propositions de communication
30 juin 2017 : réponse du comité scientifique
30 août 2017 : envoi des titres et des résumés définitifs
16 et 17 octobre 2017 : Colloque au Musée de la Chasse et de la Nature

PSL chemical biology symposium 2016 « when chemistry and biology share the language of discovery »

PSL chemical biology symposium 2016

« when chemistry and biology share the language of discovery »

https://psl-chemical-biology-2016.com/

Décembre 8-9 2016
Institut Curie, 12 rue Lhomond, Paris

Organisateurs:
Arnaud Gautier &Raphaël Rodriguez

programme disponible ici:
https://psl-chemical-biology-2016.com/program/

télécharger le flyer ici:
https://drive.google.com/file/d/0BwuVp_2sXRhbc2ZobHJHWFJGMlE/view

contact:
contact@psl-chemical-biology-2016.com

WORKSHOP INTERNATIONAL – VERS UNE ÉCOLOGIE DE LA VIE? RELATIONS, PROCESSUS ET ÉVOLUTIONS DEPUIS BATESON, 6 SEPTEMBRE, 9H00-18H00, SALLE 13, EHESS, 105 BLVD RASPAIL.

Le Laboratoire d’anthropologie sociale

Pépinière interdisciplinaire CNRS-PSL « Domestication et fabrication du vivant »

Workshop international

Vers une écologie de la vie ? Relations, processus et évolutions depuis Bateson

6 septembre 2016, 9h00-18h00 Salle 13, EHESS, 105, bd Raspail, Paris 6e

Inscription obligatoire

https://goo.gl/forms/JCir9WRHIbzzQKvq2

David Jaclin (Université d’Ottawa) Perig Pitrou (CNRS)

« La monstrueuse pathologie atomiste que l’on rencontre aux niveaux individuel, familial, national et international – la pathologie du mode de pensée erroné dans lequel nous vivons tous – ne pourra être corrigée, en fin de compte, que par l’extraordinaire découverte des relations qui font la beauté de

la nature. » G. Bateson (1904-1980)La pensée de Gregory Bateson marque un moment important de la pensée contemporaine qui se caractérise en particulier par un effort pour faire converger des savoirs en mobilisant des concepts et des méthodes provenant de champs disciplinaires aussi divers que la biologie, l’anthropologie, la communication ou la psychiatrie. La fécondité de la démarche de Bateson tient à sa capacité à s’appuyer sur les données empiriques provenant de ces domaines afin d’élaborer des problématiques et des modélisations qui, tout en étant liées à des contextes précis, ouvrent sur des approches théoriques transversales. Schizophrénie, jeu, rituels, symétrie(s), double contrainte, sont autant de prises – à la fois thématiques, épistémologiques et conceptuelles – sur le réel à partir desquelles la pensée de Bateson se déploie en prêtant attention à la multiplicité des relations qui s’établissent entre les êtres et des dynamiques dans lesquelles ils sont engagés. C’est dans cette perspective que nous proposons d’engager une réflexion collective autour des éclairages que les travaux de Bateson apportent au développement d’une anthropologie de la vie.

Il s’agit en particulier de se pencher sur les manières de concevoir les processus vitaux – par exemple : la croissance, la reproduction, la régénération, etc. –, tels qu’ils se manifestent chez les êtres vivants ou dans les relations qu’ils établissent entre eux – par exemple : la prédation, symbiose, parasitisme. Un des enjeux est d’étudier comment ces relations entre les vivants, ces « relations vivantes », permettent ou empêchent la vie d’exercer son action de matérialisation et de mise en forme, de telle sorte que les êtres et les systèmes vivants sont toujours engagés dans des processus évolutifs.

Pour rester fidèle à la démarche de Bateson, l’exploration de cette « écologie de la vie » gagne à porter un regard réflexif sur les implications d’une « écologie de l’esprit» pour s’interroger, dans une perspective méta-théorique, sur les capacités à modéliser le réel pour agir dessus, en particulier à travers l’étude des interfaces entre l’esprit, le corps et la nature. Un des objectifs théoriques est en effet de déterminer les relations de circularité et de complémentarité existant entre la vie psychique, la vie des corps et la vie telle qu’elle s’observe dans les environnements. Cela invite à se pencher non seulement sur des dynamiques matérielles (depuis l’échelle moléculaire jusqu’à des phénomènes de morphologie sociale, par exemple), mais aussi sur les entrelacs entre les manières de faire et de penser (soit des rapports pratiqués; habituels, déviants, constituants, etc.). Afin d’éviter d’envisager l’évolution comme quelque chose de trop lisse, mécanique ou uniforme, nous suggérons de mettre l’accent sur la question du choc, de la non-adaptation, de l’obstacle. En suivant les différents mouvements et leurs polarités (fragilité/solidité ; instabilité/stabilité) il sera alors intéressant de retracer certaines entreprises cartographiques (anthropologiques, communicationnelles, psychologiques ou philosophiques) attachées à des zones de contact.

6 septembre 2016, 9h00-18h00 Salle 13, EHESS, 105, bd Raspail, Paris 6e

Matinée 9h00-12h30

9h00 Accueil des participants, petit-déjeuner

9h25 Présentation du workshop et des activités de la pépinière interdisciplinaire CNRS-PSL « Domestication et fabrication du vivant »

9h30 Perig Pitrou, CNRS/Laboratoire d’anthropologie sociale, Vie psychique & vie sociale dans une communauté amérindienne du Mexique. La résolution de conflit dans une perspective écologique

10h10 Julie Laplante, Université d’Ottawa, La flexibilité comme potentialité indécise du changement

10h50 Pause café

11h10 David Jaclin, Université d’Ottawa, Revisiter cartes et territoires batesoniens. Quand le mot ‘lion’ non seulement mord, mais tue – retours sud- africains

11h50 Véronique Servais, Université de Liège, Les expériences d’enchantement comme ouverture vers un autre rapport au vivant

12h30 Discussion animée par Carlo Severi, CNRS/Laboratoire d’anthropologie sociale

13h00 Déjeuner-Buffet (Inscription obligatoire : https://goo.gl/forms/JCir9WRHIbzzQKvq2)

Après-midi 14h00-18h00

14h00 Barbara Glowczewski, CNRS/Laboratoire d’anthropologie sociale, De

Bateson à l’écosophie de Guattari, en passant chez les Warlpiri d’Australie

14h40 Robert Shaw, Newcastle University, Living with the Night: Ecologies of Subjectivity in the Incessant City.

15h20 Pause-café

15h40 Anne Dubos, Jonathan Goffe & Olivier Jeudy (ENSCI-Les Ateliers/ ENSAPLV/ PORTNORD) De la régénération des objets techniques : flux de matière et mouvements de paysages

16h20 Møhl, Perle, University of Copenhagen, Sensory Media Ecologies in Anthropological Analysis

17h00 Discussion animée par David Jaclin (U. Ottawa), Yoann Moreau (MINES ParisTech / Centre de recherche sur les Risques et les Crises – CRC) et Perig Pitrou (CNRS, LAS)

(Renseignements : simongerard44@gmail.com)