Archives du mot-clé vivant

Transfert de matières, transplantation et fabrication du vivant : colloque interdisciplinaire les 21 et 22 Novembre à Paris

Transfert de matières, transplantation et fabrication du vivant

Organisateurs : Ludovic Jullien, Marie Le Clainche – Piel, Perig Pitrou, Catherine Rémy

Les 21 et 22 Novembre 2014

Grand Amphithéâtre, Université Paris Descartes, 12 Rue de l’École de Médecine, 75006 Paris : [plan d’accès]

Ouvert à tous et gratuit, sur inscription : Cliquez ici pour remplir le formulaire d’inscription

img1img2

Les êtres vivants constituent des organisations singulières de la matière. A l’échelle de l’individu, ils possèdent une certaine autonomie qui leur permet de s’auto-réparer, de se régénérer. Pour autant, à l’échelle des populations, ces systèmes sont aussi doués de plasticité comme l’illustre le processus d’évolution qui s’interprète comme du bricolage (F. Jacob, 1981 ; Le jeu des possibles. Essai sur la diversité du vivant. Fayard, Paris) : de nouvelles espèces apparaissent constamment à l’issue d’assemblages aléatoires récupérant et intégrant des éléments étrangers (M. W. Kirschner, J. C. Gerhart, 2005 ; The Plausibility of Life, Resolving Darwin’s Dilemma, Yale University Press).

Assemblages, bricolages sont donc des processus inhérents à l’existence des êtres vivants. La science et les techniques médicales se sont développées dans la lignée de cette configuration. La transplantation d’organes en est l’un des exemples le plus paradigmatique. Conséquence de la médecine des organes et de l’établissement d’une relation causale entre un organisme vivant déficient et une maladie, des chirurgiens prélèvent depuis le XIXème siècle des morceaux ou matières étrangères en vue du rétablissement des fonctions associées (T. Schlich, 2010). La transplantation d’organes est régulièrement décrite comme l’un des grands miracles de la science moderne. Si cette perception des greffes comme miraculeuse apparaît justifiée, elle a néanmoins pour effet négatif de masquer les divers problèmes soulevés par cette technique médicale pour les êtres prélevés, transplantés, et ceux qui les entourent (L. Sharp, 2006 ; M. Lock, 2001). Cette focalisation sur la performance technique de la greffe d’organes a également une seconde conséquence fâcheuse : elle fait oublier le lien entre ce procédé et le bricolage inhérent au vivant et occulte tout un ensemble de pratiques de transfert de matières, provenant d’humains mais aussi de non-humains, qui contribuent depuis plusieurs siècles au soin mais aussi à la fabrication des existants. C’est à partir de ce constat qu’est née l’idée de cette conférence.

Il s’agira en quelque sorte de remettre la transplantation d’organes « à sa place », c’est-à-dire au côté d’un ensemble de pratiques hétéroclites de transferts et de bricolages de matières entre les vivants. La liste des « intrus » s’en trouve ainsi considérablement enrichie. Des bactéries ou cellules souches, en passant par du sang ou des organes d’animaux, ou bien encore par des morceaux d’humains inhabituels comme le visage, l’objectif de cette conférence est de dresser un panorama des transferts de matières qui sont réalisés en contexte de recherche ou en milieu médical afin d’en cerner la diversité et la complexité socio-technique (M. Akrich, M. Callon, B. Latour, 2006). Au-delà de la monstration, la visée est également comparative : quelles sont les similitudes et divergences qui apparaissent entre ces diverses innovations et leur mise en œuvre effective? Qu’en est-il de l’identité des êtres humains qui reçoivent ces transferts ? Quel est leur impact sur les théories des composantes de la personne ? Comment interagissent les niveaux chimiques, physiologiques, organiques, psychologiques et sociaux ? À travers ce jeu d’échelles et de matières, la visée est de mieux comprendre l’impact qu’ont eu et que continuent à avoir le transfert et la transplantation de matières sur la fabrication des vivants.

Bibliographie :

  • Akrich, M., Callon, M., Latour, B., 2006, Sociologie de la traduction : Textes fondateurs, Paris, Presses de l’Ecole des Mines
  • Jacob, F., 1981, Le jeu des possibles. Essai sur la diversité du vivant, Fayard, Paris
  • Kirschner, MW., Gerhart, JC., 2005, The Plausibility of Life, Resolving Darwin’s Dilemma, Yale University Press
  • Lock,  M.,  2002, Twice Dead: Organ Transplants and the Reinvention of Death. Berkeley, University of California Press
  • Schlich, T., 2010, The Origins of Organ Transplantation. Surgery and laboratory science. 1880 – 1930, University of Rochester Press

21 Novembre 2014

9h Accueil des participant.e.s

9h20 Introduction par les organisateurs

ATELIER 1 Jeux de matières et d’échelle : des transferts insolites

Présidente de séance : Catherine Rémy

9h30 Conférence introductive d’Alain Prochiantz (Collège de France, Paris) – Individuation permanente

10h15 Jérôme Larghero (Université Paris Diderot, Paris) – Médecine régénératrice : exemple de la thérapie cellulaire cardiaque

11h15 Philippe Seksik (UPMC, Paris) – Transplantation de microbiote fécal (TMF)

11h45 Discussion Andreas Mayer (CNRS)

12h15 Buffet-Déjeuner

ATELIER 2 – Artefact, Animal, Humain : transferts et frontières d’humanité

Président de séance : Ludovic Jullien

13h30 Conférence introductive de Christian Baudelot (ENS, Paris) – Transplantation rénale avec donneur vivant : une mutualisation plus qu’un don

14h15 Yosuke Shimazono (Osaka University, Osaka) – Kidneys as contested commodities: An anthropological study on kidney donation in the Philippines

15h15 Catherine Rémy (CNRS, Paris) – La xénogreffe et la question de l’hybridité homme-animal

15h45 Marie Le Clainche-Piel (EHESS, Paris)  – S’engager dans la réparation de son visage : de l’enjeu de singularité à celui du retour aux collectifs

16h15 Bernard Devauchelle (Service de Chirurgie Maxillo-Faciale, CHU d’Amiens, Institut Faire Face) et Sophie Cremades (Psychiatrie de liaison, CHU d’Amiens, Institut Faire Face) – Défiguration – Refiguration – Identité

17h00 Discussion Marie Gaille (Université Paris Diderot, Paris)

22 Novembre 2014

9h Accueil des participant.e.s

ATELIER 3 – Transculturel autour du transfert de matières Président de séance : Perig Pitrou

9h30 Visite du musée d’Histoire de la Médecine

10h30 Conférence introductive de Maylis de Kerangal – La fiction comme organisme et écosystème. Remarques sur la fabrication du vivant

11h15 Florence Paterson (Mines ParisTech, Paris) – Faire circuler des organes : regard sur deux modalités de régulation des organes en France

11h45 Discussion

12h15 Buffet-Déjeuner

13h30 Charlotte Ikels (Case Western Reserve University, Cleveland) – Organ Transplantation in China : The Roles of Culture and Politics

14h00 Lawrence Cohen (Berkeley University, Berkeley)  – About organ transplantation in India

14h30 Discussion Julie Noack (ENS, Lyon)

15h00 Conférence de clôture de Simone Bateman (CNRS, Paris) – L’Essai sur le don de Marcel Mauss est-il toujours d’actualité? Transfert de matières humaines pour la recherche : le cas particulier des tissus résiduels

Cette annonce est référencée sur Calenda à l’adresse suivante : http://calenda.org/303947 Lire la suite Transfert de matières, transplantation et fabrication du vivant : colloque interdisciplinaire les 21 et 22 Novembre à Paris

Fabriquer le vivant ?

Fabriquer le vivant ?

Ce cycle de conférences est consacré à la mise en perspective épistémologique, historique et anthropologique des problèmes soulevés par l’étude des actions humaines consistant à « fabriquer le vivant ». L’objectif est d’éclairer les enjeux liés au développement contemporain des sciences de la vie et des biotechnologies à partir des recherches et des réflexions que l’histoire et l’anthropologie des sciences mènent sur leurs concepts, pratiques et représentations ainsi que sur leurs usages sociaux et politiques.

séminaire_fabriquer_vivant

Ce cycle est coordonné par Andreas Mayer (CNRS, Centre Koyré), dans le cadre de la Pépinière Interdisciplinaire CNRS-PSL « Domestication et fabrication du vivant » (http://domesticationetfabricationduvivant.wordpress.com).

De 16h à 18h, Collège de France, Site Ulm

3, rue d’Ulm, 75005, rez-de chaussée

Jeudi 13 novembre 2014

Hans-Jörg Rheinberger

(Max Planck Institute for the History of Science, Berlin)

System and Synthesis. Some Historical Reflections

Jeudi 4 décembre 2014

Alexandre Métraux (Archives Henri Poincaré, Université de Lorraine)

Le vivant ? Fabriquons-le ! Quelques réflexions épistémologiques

Jeudi 29 janvier 2015

Nick Hopwood (University of Cambridge)

Haeckel’s Embryos: Images, Evolution and Fraud

Jeudi 26 mars 2015

Stefan Helmreich (MIT, Cambridge, Mass.)

What Was Life? Anthropological Answers from Three Limit Biologies

Jeudi 9 avril 2015

Soraya de Chadarevian (UCLA, Los Angeles)

Heredity and the Study of Human Populations:

Surveys and Registries as Tools for Genetic Control, c. 1960

Jeudi 21 mai 2015

Staffan Müller-Wille (University of Exeter)

Making and Unmaking Living Populations

The Uses of Statistics Around 1900

Jeudi 18 juin 2015

Jessica Riskin (Stanford University)

L’horloge inquiète.

Une histoire dialectique de la science mécaniste de la vie

Séance de séminaire « Post animal, post humain, post machine » : Kalevi Kull, le Jeudi 23 Octobre, 17h30-19h30, ENS Rue d’Ulm

Séminaire « Post animal, post humain & post machine » (Avec le soutien de la Pépinière Interdisciplinaire CNRS-PSL « Domestication et Fabrication du Vivant »)

Biosemiotics: Life through Meaning
Kalevi Kull (Department of Semiotics, University of Tartu, Estonia)
  • Study of prelinguistic and postlinguistic semiosis appear as drives for contemporary semiotics
  • Incompatibility is a feature and evidence for semiosis and agency in living beings
  • Semiotic biology implies the epigenetic turn and post-Darwinism
  • Semiotics at its jubilé d’or in the world and in Tartu is (still) promising
Jeudi 23 Octobre, de 17:30 à 19h30, ENS, 45 rue d’Ulm, Salle Louis Pasteur

Biologie de synthèse ou fabrication du vivant ?

Biologie de synthèse ou fabrication du vivant ?

Samedi 11 Octobre 9 h 30 – 11 h 00
Forum « les fondamentales » à Grenoble, Campus Saint Martin d’Hyères

[Lien vers le podcast]

François Képès
Directeur de recherche au CNRS, co-fondateur et directeur du Programme d’épigénomique (Genopole)

Stéphane Ménage
Directeur de recherches à l’Institut de recherches en technologies et sciences pour le vivant, iRTSV.

Perig Pitrou

Chargé de recherche au laboratoire d’anthropologie sociale

Gilles Truan
Chercheur au Laboratoire d’Ingénierie des Systèmes Biologiques et des Procédés au sein de l’équipe « Ingénierie Moléculaire et Métabolique »

L’insertion d’un chromosome artificiel dans le génome d’une levure l’a confirmé : jamais l’homme n’avait atteint une telle capacité d’agir sur le vivant. Et ce n’est qu’un début. Biologistes, chimistes, anthropologues… réfléchissent tous à ces questions vertigineuses. Domaine en pleine ascension, la biologie de synthèse passionne les scientifiques pour les avancées qu’elle propose, tant sur la connaissance du vivant que pour ses nombreuses applications industrielles dans les domaines de la santé, de l’énergie, des matériaux, de l’environnement et de l’agriculture. Autant d’avancées importantes qui soulève un grand nombre de questionnements jusqu’à la définition même du vivant.

[Lien vers le site Internet des Fondamentales]

[Lien vers le podcast]

Human Life in a French Fertility Clinic: Circulation of a Category, talk by Noémie Merleau-Ponty

Medical Anthropology Fall Dissertation Series

2014 Wednesday October 22

nmp

Noon – 1:30, Gifford Room, 221 KROEBER HALL

“Human Life in a French Fertility Clinic: Circulation of a Category”

Noémie Merleau-Ponty Ph.D. candidate in Paris (EHESS-LAIOS/iiAC).

Visiting Student Reasearcher at The Center for Science Medicine and Society (CSTMS)

After multi-sited participant observations and interviews in laboratories situated in France and India, Noémie Merleau-Ponty’s work delineates processes of conception, circulation, transformation and uses of human embryos and human embryonic stem cells. At the interface of assisted reproductive technologies and regenerative medicine research, this ethnographic inquiry interrogates ontological categories, scales and frontiers of these living beings. For this talk, she will focus on the circulation of the category of “human life” in a French fertility clinic, showing intertwined processes of biology, humanization and kinship building.

NMP Medical Anthropology Fall Dissertation Series; »>Noémie is a scholarship student at EHESS where she will teach a seminar on the body, biomedicine and biotechnologies next year. She works with a team from the Social Anthropology Laboratory. She is a member of an interdisciplinary network of the National Center for Scientific Research (CNRS)