Tous les articles par Fabien Provost

Figuration des processus vitaux et co-activité dans la Sierra Mixe de Oaxaca (Mexique)

Figuration des processus vitaux et co-activité dans la Sierra Mixe de Oaxaca (Mexique)

Perig Pitrou

Pitrou Perig, « Figuration des processus vitaux et co-activité dans la Sierra Mixe de Oaxaca (Mexique) », L’Homme 2/ 2012 (n°202), p. 77-111

De nombreuses populations amérindiennes de Mésoamérique ou des Andes réalisent des dépôts cérémoniels (mesas) afin de solliciter l’aide d’entités de la nature dans des domaines tels que l’agriculture, la thérapeutique, la construction de la personne ou la politique. L’explication courante consiste à envisager ces dispositifs rituels à la fois comme des oblations alimentaires et comme des microcosmes par l’intermédiaire desquels on tente de provoquer des phénomènes au niveau du macrocosme. En s’appuyant sur les résultats d’une enquête ethnographique réalisée chez les Mixe de l’État de Oaxaca, cet article cherche à affiner ces interprétations en expliquant comment les dépôts figurent, sous une forme miniaturisée, les actions que les Mixe souhaitent voir réaliser par un être nommé « Celui qui fait vivre ». La mise au jour d’actions transversales, telles que le comptage ou la répartition ordonnée, qui participent à la production des processus vitaux, permet de mieux restituer les conceptions de la vie qui donnent sens à l’action rituelle. Ce faisant, l’analyse des gestes et des discours rituels montre que, par-delà sa connexion avec un ordre macrocosmique, la miniaturisation figure sous une forme abstraite des activités humaines afin d’instaurer un régime de co-activité entre les humains et les entités de la nature.

[Lien vers l’article sur Cairn.info]

The Physiological Circus: On Knowing, Representing, and Training Horses in Motion in Nineteenth-Century France

The Physiological Circus: On Knowing, Representing, and Training Horses in Motion in Nineteenth-Century France

Andreas Mayer

Representations, Vol. 111, No. 1 (Summer 2010), pp. 88-120

Abstract: The late nineteenth-century debates about forms of dressage and the correct representa-tions of horses, using the circus as the major arena for testing and observation, provided a fertile groundfor the development of Etienne-Jules Marey’s physiology of locomotion. Marey claimed to revolutionizethe field of locomotion studies with mechanically produced representations, yet, as this essay shows, hismechanical reform of the study of bodies in motion was countered by the persistence of older forms of animalobservation and superseded by new anthropologies and psychologies of seeing.

[Lien permanent vers l’article]

Le cochon est-il l’avenir de l’homme ?

Le cochon est-il l’avenir de l’homme ?

Les xénogreffes et l’hybridation du corps humain

Catherine Rémy

Rémy C., 2009, « Le cochon est-il l’avenir de l’homme ? Les xénogreffes et l’hybridation du corps humain », Terrain, n° 52, pp. 112-125.

Ces dernières années, des scientifiques ont créé un cochon génétiquement modifié en vue de réaliser des xénogreffes, c’est-à-dire des transplantations d’organes d’animaux chez des patients humains. L’article se penche sur le choix du cochon comme donneur privilégié et sur le geste d’hybridation en se focalisant sur les controverses qui ont jalonné le processus d’innovation. L’analyse diachronique montre que, loin d’être « naturel », le choix du cochon comme donneur est récent et qu’il s’est imposé suite à des débats sur l’utilisation des primates. Concernant l’hybridation du corps humain et ses conséquences sur la notion de personne, les scientifiques jouent sur la frontière homme / animal afin de la normaliser : le cochon, car il est éloigné de l’humain, peut être facilement objectivé et donc absorbé. Mais cette distance semble aujourd’hui menacée en raison du discours éthique sur l’animal et des manipulations génétiques sur le cochon qui visent à l’humaniser.

Are pigs the future of mankind?
Xenotransplantations and the hybridisation of the human body

In recent years scientists have created genetically modified pigs for the purpose of xenotransplantations. These are transplants of animal organs into human patients. The paper examines why pigs have been chosen as donors, the significance of hybridisation and the controversies that these innovations have caused. A historical review shows that far from the choice of pigs being «natural» it turns out to be recent and to follow controversies surrounding the possible use of primates. The scientists choice of pigs is the product of a balancing act on either side of the human / animal divide. Since pigs are different from humans they can be objectified and thus absorbed. This distance is however now threatened by the discourse on animal rights and by genetic manipulations that «humanise» pigs.

Lien vers l’article sur la plateforme revues.org