Tous les articles par provostfabien

International Workshop – Japanese Primatology meets Anthropology of Life – Tuesday, June 21, 2016, 13:30 to 18:00 – Collège de France, 11, place Marcelin-Berthelot, salle 4

Pépinière interdisciplinaire CNRS-PSL
« Domestication et fabrication du vivant »
https://domesticationetfabricationduvivant.wordpress.com/

International Workshop
Japanese Primatology meets Anthropology of Life:
Science and Personal Experiences in Chimpanzee Research

Organizers:
Gabriela B. M. Daly (LAS/ENS) &
Dominique Lestel (ENS)

Tuesday, June 21, 2016, 13:45 to 18:00

Collège de France, 11place MarcelinBerthelot, salle 4

Information: gabrieladaly@yahoo.dk
Registration: http://goo.gl/forms/WYLRqsuqY2rZqiFi1

[Télécharger le programme]

This workshop brings together Japanese primatology and anthropology of life, by presenting and discussing common points of scientific and philosophical interest in the study of chimpanzees, humans’ closest living relatives. What are the scientific and personal conceptions of chimpanzees’ lives held by primatologists? Conversely, are humans capable of accurately making inferences on how chimpanzees might perceive the lives of other beings around them? From senescence, grieving and welfare to group management and human-chimpanzee face-to-face care, the workshop investigates life-related topics oriented by three axes of analysis: (a) scientific research (b) personal experiences (c) paths to chimpanzees’ point of view. Consonant with these challenges, Japanese primatology provides an idiosyncratic view on human-chimpanzee interaction, reflected in its scientific practices and in its traditional blurring of the boundaries between humans and other primates. The first block consists of lectures and discussions with researchers, whereas the last block provides short movie clips of chimpanzee behavior to be debated with the audience.

Program

13:45 – 14:00 Welcome and opening remarks

By Gabriela B. M. Daly (LAS/ENS)

14:00 – 14:45 Prof. Naruki Morimura (Kyoto University)

Studying chimpanzees in captivity and in the wild:
Perspectives on face-to-face care, social management and research

14:45 – 15:00 Discussion by Sabrina Krief (MNHN) and Questions

15:00  – 15:45 Prof. Michiko Fujisawa (Kyoto University)

Aging processes in humans and chimpanzees
Difficulties and prospects of a comparative approach

15:45 – 16:00 Discussion by Sabrina Krief (MNHN) and Questions

16:00 – 16:30 Break

16:30  –  17:15 Screening of short movie clips of chimpanzee behavior with debate

By Gabriela Daly, Sabrina Krief and Naruki Morimura

17:15 – 18:00 Discussion and closing remarks

Dominique Lestel (ENS) and Perig Pitrou (LAS/CNRS)

Publicités

Perig Pitrou – Individu, famille, communauté. Niveaux d’organisation et émergence de la vie chez les Mixe de Oaxaca (Mexique)

Individu, famille, communauté. Niveaux d’organisation et émergence de la vie chez les Mixe de Oaxaca (Mexique)

Perig Pitrou
CNRS – Laboratoire d’anthropologie sociale

Social Science Information
2016
[Lien vers l’article]

A la différence de la notion d’origine, qui inscrit le moment de l’apparition dans un espace- temps unique, la notion d’émergence – a fortiori quand on l’envisage au pluriel – ouvre sur l’idée qu’il y a une multiplicité de moments lors desquels apparaissent de nouvelles configurations, selon une logique alliant « le hasard et la nécessité ». C’est la raison pour laquelle les sciences de la nature, qui étudient la vie comme un processus émergent, élaborent des modèles explicatifs qui dépassent les approches strictement causales pour aborder la dimension dynamique du phénomène. Pour les sciences sociales, en particulier pour l’anthropologie de la vie, ce problème devient encore plus épineux puisque l’analyse doit, de surcroît, prendre acte des variations, dans l’espace et dans le temps, des conceptions que les humains se font de la vie et des processus vitaux. A partir d’une enquête ethnographique réalisée chez les Mixe de Oaxaca, au Mexique, cet article explore comment ces Amérindiens pensent l’émergence des nouveaux individus au sein de leur communauté. L’étude conjointe d’un rite de naissance, d’une cérémonie de mariage et de rites politiques impliquant des sacrifices de volailles adressés à une entité appelée « Celui qui fait vivre » met en évidence un souci réitéré d’articuler l’émergence d’une forme vivante (Life Form) humaine avec le développement de compétences conformes à la forme de vie (Form of Life) au sein de laquelle elle est appelée à s’insérer comme un nouveau centre d’activité. Un des enjeux pour l’anthropologie de la vie est de comprendre comment l’émergence de la vie – envisagée sous sa dimension physiologique/corporelle et relationnelle/comportementale – implique plusieurs échelles d’organisation (individuelle, familiale, communautaire), qui connectent l’existence biologique d’un être humain avec son devenir comme membre d’une communauté, en particulier lorsqu’il assume des fonctions politiques.

Quand Pasteur était chimiste…Revivre une découverte – La Nuit Sciences et Lettres de Normale Sup, 3 Juin 2016

Dans le cadre de la Nuit Sciences et Lettres de Normale Sup, 3 Juin 2016, 45 Rue d’Ulm [http://www.nuit.ens.fr/evenements.html]

Quand Pasteur était chimiste…Revivre une découverte

Ludovic Jullien, avec la participation Eric Ruf, et de Perig Pitrou pour le débat

EN SCENE – 1848. Pasteur jeune chimiste à l’ENS fait une découverte inattendue sur les cristaux de tartrate. 2016. Eric Ruf, de la Comédie Française, lit le récit de Pasteur illustré par étudiants et chercheurs pour comprendre le contexte historique et saisir le moment particulier de la découverte. Louis Pasteur s’est orienté vers la biologie après avoir mené une activité de chimiste au cours de sa thèse.

Pièce suivie d’un débat intitulé : Regards contemporains sur les frontières vivant-non vivant

Le débat expliquera quelle a été sa logique et établira quelle a été l’évolution de la représentation des frontières vivant-non vivant depuis ses travaux.

Arts/Chimie – 20h20 / 21h40 – Théâtre

Life between construction and destruction: Forms, Rules and Norms – International workshop, 26 & 27 May 2016, Amphithéâtre Lévi-Strauss (52 rue du Cardinal Lemoine, Paris 5e) et Amphithéâtre PSL (62bis rue Gay Lussac, Paris 5e)

Pépinière interdisciplinaire CNRS-PSL

« Domestication et fabrication du vivant »

[https://domesticationetfabricationduvivant.wordpress.com]

Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne

Laboratoire d’anthropologie sociale

 

International workshop

Life between construction and destruction

Forms, Rules and Norms

 

Organized by

Perig Pitrou (CNRS-LAS)

Fabien Provost (Paris West University)

26 & 27 May 2016

life_between_construction_and_destruction

Free access, mandatory registration:

http://goo.gl/forms/HHzgWqssy0

 

Aside from the biological processes to which it is subjected from birth to death, human existence is characterized by the permanent effort all individuals and groups make to influence and control these processes, in order to live together. Whether occurring during a rite of passage or whether part of the interactions of everyday life, this construction invites us to question the various manners forms are made – be them “Life Forms” or “Forms of Life” – by carefully looking at the diversity of processes through which norms and rules become established . By considering life under the angle of such relational systems, the purpose is not so much to articulate the social and the biological but to understand how the moral values thanks to which a life can be judged as good, can be created and transmitted. The stake is then to emphasize the principles and agreements thanks to which a common world, a “We”, can emerge within societies and between them, including when connections dissolve and when certain phenomena occur, which are likely to endanger the existence of people and institutions. We will also wonder to what extent death and destruction, beyond their negativity, can reinforce or stimulate life for both individuals and human groups.

Thursday 26 May 2016, 5 p.m. to 7 p.m.

Amphithéâtre Lévi-Strauss

52, rue du Cardinal Lemoine, Paris 5e

 

Presentation of the volume

Living and Dying in the Contemporary World (University of California Press) by editors

Veena Das (John Hopkins University)

Clara Han (John Hopkins University)

With commentaries by Perig Pitrou (CNRS), Fabien Provost (Paris West University) and Anthony Stavrianakis (CERMES3).

The presentation will be followed by a convivial drink.

veena_das_clara_han

Taking a novel approach to the contradictory impulses of violence and care, illness and healing, this book radically shifts the way we think of the interrelations of institutions and experiences in a globalizing world. Living and Dying in the Contemporary World is not just another reader in medical anthropology but a true tour de force—a deep exploration of all that makes life unbearable and yet livable through the labor of ordinary people.

This book comprises forty-four chapters by scholars whose ethnographic and historical work is conducted around the globe, including South Asia, East Asia, Latin America, Africa, the Middle East, Europe, and the United States. Bringing together the work of established scholars with the vibrant voices of younger scholars, Living and Dying in the Contemporary World will appeal to anthropologists, sociologists, health scientists, scholars of religion, and all who are curious about how to relate to the rapidly changing institutions and experiences in an ever more connected world.

Vendredi 27 mai 2016

Amphithéâtre PSL

62bis, rue Gay Lussac

10h00-16h00

 

 Morning

Forms, norms, rules (10-13h)

 Perig Pitrou (CNRS – LAS), Life Form and Form of Life

Florent Coste (École Française de Rome), Is Culture an Observance ? Life, Forms and Norms in some Medieval Monastic Rules

Fabien Provost (Paris West University), Morality and the Interpretation of Rules in Forensic Medicine. The Case of India

Anthony Stavrianakis (CNRS – CERMES3), Thinking the Obvious: Determination & Indetermination in Assisted Voluntary Dying

1 p.m. Buffet (on registration : http://goo.gl/forms/HHzgWqssy0)

 

Afternoon

On Rules and the Possibility to Live Together

(14h00-16h00)

 

A collective discussion with

Veena Das (John Hopkins University)

And

Sandra Laugier (University Paris I Panthéon – Sorbonne)

 

Informations: perig.pitrou@college-de-france.fr

Fabien.provost@college-de-france.fr

Appel à communications : Vers une écologie de la vie ? Relations, processus et évolutions depuis Bateson – Paris, 6 & 7 septembre 2016

Pépinière interdisciplinaire CNRS-PSL

« Domestication et fabrication du vivant »

Appel à communications

Workshop international

Vers une écologie de la vie ?

Relations, processus et évolutions depuis Bateson

bateson_aac

[Télécharger l’appel en version pdf]

David Jaclin (Université d’Ottawa)
Perig Pitrou (CNRS)

« La monstrueuse pathologie atomiste que l’on rencontre aux niveaux individuel, familial, national et international – la pathologie du mode de pensée erroné dans lequel nous vivons tous – ne pourra être corrigée, en fin de compte, que par l’extraordinaire découverte des relations qui font la beauté de la nature »

Bateson (1904-1980)

La pensée de Gregory Bateson marque un mo(uve)ment important de la pensée contemporaine qui se caractérise en particulier par un effort pour faire converger des savoirs en mobilisant des concepts et des méthodes provenant de champs disciplinaires aussi divers que la biologie, l’anthropologie, la communication ou la psychiatrie. La fécondité de la démarche de Bateson tient à sa capacité à s’appuyer sur les données empiriques provenant de ces domaines afin d’élaborer des problématiques et des modélisations qui, tout en étant liées à des contextes précis, ouvrent sur des approches théoriques transversales. Schizophrénie, jeu, rituels, symétrie(s), double contrainte, sont autant de prises – à la fois thématiques, épistémologiques et conceptuelles – sur le réel à partir desquelles la réflexion de Bateson se déploie en prêtant attention à la multiplicité des relations qui s’établissent entre les êtres et des dynamiques dans lesquelles ils sont engagés. C’est dans cette perspective que nous proposons de mener  une réflexion collective autour des éclairages que les travaux de Bateson apportent au développement d’une anthropologie de la vie.

Il s’agit en particulier de se pencher sur les manières de concevoir les processus vitaux – par exemple : la croissance, la reproduction, la régénération, etc. –, tels qu’ils se manifestent chez les êtres vivants ou dans les relations qu’ils établissent entre eux – par exemple : la prédation, la symbiose, la parasitisme. Un des enjeux est d’étudier comment ces « relations vivantes », permettent ou empêchent la vie d’exercer son action de matérialisation et de mise en forme, de telle sorte que les êtres et les systèmes vivants sont toujours engagés dans des processus évolutifs.

Pour rester fidèle à la démarche de Bateson, l’exploration de cette « écologie de la vie » gagne à porter un regard réflexif sur les implications d’une « écologie de l’esprit » pour s’interroger, dans une perspective méta-théorique, sur les capacités à modéliser le réel pour agir dessus, en particulier à travers l’étude des interfaces entre l’esprit, le corps et la nature. Un des objectifs théoriques est en effet de déterminer les relations de circularité et de complémentarité existant entre la vie psychique, la vie des corps et la vie telle qu’elle s’observe dans les environnements. Cela invite à se pencher non seulement sur des dynamiques matérielles (depuis l’échelle moléculaire jusqu’à des phénomènes de morphologie sociale, par exemple), mais aussi sur les entrelacs entre les manières de faire et de penser (soit des rapports pratiqués; habituels, déviants, constituants, etc.). Afin d’éviter d’envisager l’évolution comme quelque chose de trop lisse, mécanique ou uniforme, nous suggérons de mettre l’accent sur la question du choc, de la non-adaptation, de l’obstacle. En suivant les différents mouvements et leurs polarités (fragilité/solidité ; instabilité/stabilité) il sera alors intéressant de retracer certaines entreprises cartographiques (anthropologiques, communicationnelles, psychologiques ou philosophiques) attachées à des zones de contact.

Presque quarante ans après la mort de Bateson, nous souhaitons donc faire écho à sa pensée des relations et de la vie en organisant un atelier qui suivrait, et la lettre, et l’esprit de Bateson. À côté de présentations classiques lors de tables rondes, des déplacements sont prévus dans différents environnements, naturels et urbains, pour vivifier les discussions entre les chercheurs.

Les propositions de communications sont à envoyer avant le 27 mai 2016 (perig.pitrou@college-de-France.fr et djaclin@uottawa.ca). Une réponse sera donnée avant le 6 juin 2016.