Dominique Lestel – Faire animal de soi : La métaphysique poético-évolutionniste de Paul Shepard

Dominique Lestel – Faire animal de soi : La métaphysique poético-évolutionniste de Paul Shepard

« in : Paul Shepard, 2013, Nous n’avons qu’une seule terre, Paris : José Corti, traduit de l’anglais par Bertrand Fillaudeau, pp. i-xix.

Si on pouvait fumer Shepard (1925-1996), au lieu d’être obligé de le lire, on pourrait en avoir des visions grandioses. Ce regret exprimé, rien n’empêche de s’immerger dans sa prose. Sa pensée décapante se pare souvent d’oripeaux que des années de conditionnements intellectuels nous font parfois juger un peu malsains mais ces scories sont rattrapées par des fulgurances époustouflantes. Shepard n’est pas postmoderne ; en faire un red neck – un plouc des campagnes – serait pourtant un dangereux contre-sens. Shepard est au contraire un intellectuel de premier ordre qui a été l’un des vrais pionniers de la pensée écologique américaine et il en reste l’un des représentants les plus intéressants. On peut même dire que la pertinence de son propos croît avec le temps – ce qui est la marque des meilleurs.

[Télécharger]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s