Un entretien avec Ludovic Jullien (ENS Chimie)

Un entretien avec Ludovic Jullien (ENS Chimie)

Entretien réalisé par Mathias Girel (ENS Philosophie) et Perig Pitrou (LAS-CNRS)

Comment devient-on un chimiste qui travaille sur le vivant ?

Que retirez-vous de ce passage dans le laboratoire de Jean-Marie Lehn ?

En quoi « synthétiser » des fonctions était-il alors une frontière de la science ?

Vous avez évoqué le fait que la même fonction ou la même propriété peut être obtenue par différents objets. Symétriquement, un objet peut-il avoir plusieurs fonctions ? Comment distinguer, dans ce contexte, fonction et propriété ?

Pourriez-vous donner quelques exemples ?

Dans l’exemple culinaire, il y des éléments complémentaires (œufs et farine) et d’autres substituables (farine de blé ou de maïs). Observe-t-on quelque chose de similaire en chimie ?

Quelles sont les difficultés qui se présentent à un chimiste du vivant ?

Les limites rencontrées sont-elles d’abord de nature conceptuelle ou bien pratique ?

Peut-on intégrer les échelles de temps long de l’évolution en chimie ?

En biologie, on a souvent dit que les étapes de l’ontogenèse reprennent les étapes de la phylogenèse. Existe-t-il quelque chose de cet ordre dans les processus chimiques ?

On parle beaucoup d’ « auto-assemblages ». Que comprend-on bien dans ces processus ?

Comment les problématiques que nous venons d’évoquer interviennent-elles dans votre travail quotidien de chercheur ?

Quels sont les systèmes que vous « perturbez » pour effectuer vos observations ?

Le partage disciplinaire – physique, chimie, biologie – dans l’étude de la nature a-t-il encore un sens dès lors que l’on travaille sur des objets se situant à l’interface entre ces différents domaines ? Comment penser l’interdisciplinarité dans le contexte de la biologie de synthèse ?

Est-ce que la notion d’intégration implique l’idée d’un lien causal ? Plus largement, quels liens peut-on faire entre la notion d’intégration et les notions de symbiose, d’assemblage, d’évolution évoquées lors de cet entretien ?

Quelle distinction faites-vous entre les notions d’intégration et de système ?

Que ne savez-vous pas que vous souhaiteriez savoir dans dix ans ? Et, en lien avec les activités de la pépinière « Domestication et fabrication du vivant », de quelle manière ce savoir permettrait-il d’intervenir sur des processus vitaux ?

Publicités