L’expérience comme verbe

L’expérience comme verbe

Education permanente. Parution n°198 – 2014-1

Mathias Girel

L’anglais philosophique dispose d’une ressource qui n’existe pas en français : la capacité à faire de l’expérience un verbe. « To experience », fréquent chez Dewey, permet de décrire ce qui est un processus plus qu’un objet, tout en conservant au cœur de cette construction grammaticale le concept cardinal de l’empirisme, là où le français, s’il ne recourt pas à un néologisme, doit se contenter d’« éprouver », de « ressentir » ou d’« expérimenter ». La solution la plus satisfaisante est sans doute « faire l’expérience de », mais elle perd la simplicité de la construction verbale anglaise… Sans trancher sur la question, l’auteur présuppose que l’on peut s’autoriser à utiliser en français le verbe « expériencer », pour voir ce que cet usage permettrait d’ouvrir, mais aussi quels contresens il permettrait d’éviter. Cela conduit l’auteur à entrer dans le détail de deux sophismes que Dewey veut déraciner : la réduction de l’expérience à la connaissance de cette expérience, et la réduction de l’expérience aux éléments simples introduits pour l’analyser.

[Lien permanent vers l’article]

Publicités